Catalunya, què estàs fent ?

Catalogne, que fais-tu ?

J’ai souvent parlé du quartier Duroc, à la frontière du septième et sixième arrondissement de Paris, comme du « Céciland » au regard de la forte concentration d’institutions et d’associations pour personnes aveugles et malvoyantes. Je vous propose aujourd’hui de déclarer l’indépendance du Céciland. Je vous annonce en être le premier roi. Mais, enfin, Didier, tu sais bien qu’au royaume des aveugles les borgnes sont rois ! Euh, ben oui, cher lecteur… Je ne pourrai donc pas le gouverner. Alors, j’en serais quoi ? Le premier balayeur en chef ? Enfin, Didier, le ménage, ce n’est pas ton fort ! Et si nous étions plus ambitieux ? Déclarons l’indépendance du Handiland ! Oui, oui, très bonne idée cher lecteur. Et je vous propose d’être à Handiland  ce que la plante est à Jardiland…

Quel avenir sans les autres ?

Imaginons un seul instant ce que seraient devenues les personnes en situation de handicap si elles avaient cherché à créer l’Handiland, en revendiquant un tel repli. Nous n’aurions jamais pu envisager de jouir de la fraternité française, fraternité ayant conçu, à l’encontre de ses exclus, une solidarité indéniable. Joli parcours qui, jour après jour, pouce l’ensemble des citoyens vers un peu plus d’égalité. Comment envisager l’avenir sans les autres ? Quelles perspectives de liberté peut-on trouver dans son propre enfermement ? Envisager l’autre au travers de ce qu’il coûte est une bien triste destinée. Ne pas comprendre que faire progresser les autres c’est avancer soi-même dénote, à mon sens, une pauvreté intellectuelle affligeante.

Un fumier nauséabond

Si des régions telles que l’Italie du Nord ou la Catalogne sont aujourd’hui prospères, l’ont-elles toujours été ? N’est-ce pas l’Europe qui, depuis plus de 50 ans, accompagne les pays vers plus de prospérité ? Si devenir prospère c’est oublier ses frères d’infortune au prétexte de ne plus vouloir partager le succès alors il est grand temps d’arrêter l’indépendantisme qui se nourrit de ce que l’être humain a de plus vil : la radinerie et la xénophobie. Manipuler les populations en jouant sur les peurs, c’est facile, leur faire croire que c’est l’autre le problème est irresponsable. C’est oublier qu’Hitler a bâti sa conquête du monde sur ce terreau, que dis-je, sur ce fumier nauséabond qui a fait mourir des dizaines de millions de nos frères.

Non aux royaumes des riches ! Oui à la fraternité pour plus d’égalité et de liberté ! Oui au multiculturalisme et non au « fadisme ». Vive la république et vive la différence !